Le chef, le clown et le bourdon

Le chef, le clown et le bourdon

Winston Churchill et Charlie Chaplin se sont côtoyés : un écrivain autrichien extrapole en toute liberté leur amitié, en faisant de leur fond dépressif le socle de la relation.

Ils se rencontrent en 1927, à Los Angeles, lors d'une soirée ennuyeuse. Les deux Anglais entretiennent peu d'affinités, mais une souffrance commune les ravage : la dépression. Alors Winston Churchill et Charlie Chaplin concluent un pacte : s'unir contre le mal qui les ronge, qu'ils baptisent « the black dog ». Ce soir-là, au cours de leur promenade, ils évoquent leurs crises de mélancolie et leur désir de suicide, des techniques pour mettre fin à leurs jours et des moyens d'y surseoir. Ils conviennent de se revoir une fois par an. Ils ne tiendront pas exactement parole, mais chaque fois que l'un sera mordu par le chien noir, l'autre viendra à son secours. Dans leurs entretiens planifiés, semblables à une requête à la Chambre des Lords ou à la préparation d'un film, ne doivent percer ni sentimentalisme ni moralisme. Bannis, toute pleurnicherie, tout fatalisme, toute invective contre Dieu et le monde.

Ces vies parallèles ne se rejoindront que de manière intermittente ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé