Le cas Jean d'O, nouvel écrivain national...

Le cas Jean d'O, nouvel écrivain national...

Du nouveau livre de Jean d'Ormesson - Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, c'est un vers d'Aragon -, je ne dirai... rien. Partout, l'ouvrage est salué, encensé, raconté par le menu, une belle et grande vie avec des personnages flamboyants au détour de chacune des pages.

Que rajouter ? Rien, si ce n'est que cet accueil en forme de dithyrambe est mérité, que ces vrais-faux Mémoires sont en effet un régal littéraire. Passons donc à autre chose.

Cette « autre chose », c'est le personnage, non pas son livre mais Jean d'O lui-même, cette vénération française qu'il n'avait sans doute jamais présagée. Le grand bourgeois de Neuilly et du Figaro, l'amuseur bronzé que Gerra et Canteloup brocardent à satiété, le séducteur invétéré qui ne dissimule pas sa passion intacte pour les femmes, ce Jean d'Ormesson-là est devenu un intouchable, une icône française qu'il ne peut plus être question de remettre en cause.

Nous le révérons et, conséquemment, il accepte de nous causer, de nous expliquer, de nous raconter, à propos de tout et de tous. Le grand pédagogue de la société française. Un écrivain national comme nous les adorons, mais d'un nouveau genre, ayant toujours un sens aiguisé de l'histoire, mais aussi un tempérament badin. Nous apprécio ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine