Le Carrefour des trois couteaux

Le Carrefour des trois couteaux

Mac Orlan adorait le polar même quand celui-ci n'existait pas encore ! Il écrivit le sien en 1940 ce qui n'est pas vraiment pas la bonne date, et quasiment personne ne le savait ! Cela se passe à Paris, à Londres, en Algérie vers 1850. Une femme fatale et trois hommes qui la traquent. Ils finiront mal, tous, dans les dunes et sous Abd el Kader. Oh, c'est à lire comme un hybride de Pierre Benoît et d'une fascination datée pour la Légion étrangère, mais vrai, ça file l'enfer. Situant son roman dans les années 39-45 justement, Cauvin élabore une autre histoire d'amour et de guerre sur fond de tuberculose et de trahison. Des ingrédients proches, la Résistance remplaçant « le sable chaud », avec en sus l'humour toujours un peu âpre de Cauvin, une ironie plutôt, mais si tendre qu'on se demande de quoi elle se défend ! A quand, du même sous le nom de Klotz, la réédition en poche d'un bijou préhistorique Les Innommables jadis illustré par Gourmelin ?

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon