Le calvaire d'Oscar

Le calvaire d'Oscar

Un film relate les ultimes années, délétères,de l'écrivain errant. Martyr du puritanisme victorien,il fut aussi châtié pour et par son art.

ce sont deux hits d'Oscar Wilde sur les sites de citations, de ces aphorismes dont on fait deviner l'auteur dans les jeux façon « Les Grosses Têtes ». Vous traiterez au choix : 1) « La vie imite l'art bien plus que l'art n'imite la vie » - extrait d'un essai publié en 1889, Le Déclin du mensonge. 2) « J'ai mis tout mon génie dans ma vie ; je n'ai mis que mon talent dans mon oeuvre » - propos rapporté par André Gide à la mort de l'écrivain irlandais. La bourse ou la vie, disaient les détrousseurs de grand chemin. L'art ou la vie : Wilde hésita et en paya le prix.

Sa personnalité et son existence, stylisées et exposées (en vertu du dandysme), comptent autant que ses textes. Sans doute y a-t-il mis plus d'attention et de constance que dans l'écriture : il les a travaillées comme des pièces d'art et, a posteriori, il serait absurde d'en faire abstraction. Mais il représente un cas encore plus rare : sa mort même fait partie de son oeuvre. Son martyre, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon