Le bon Théo

Le bon Théo

L'importance de l'oeuvre de Théophile Gautier a trop souvent échappé aux éditeurs, aux critiques littéraires et aux lecteurs. Sans doute la faute en revient-elle aux auteurs de manuels de littérature qui ne le considéraient que comme un maillon entre romantisme et symbolisme, un théoricien de la poésie parnassienne et de « l'art pour l'art », le poète des Emaux et Camées , un orfèvre dont les intellectuels du xxe siècle ont cru bon de se gausser. Il est temps de réviser son procès et les deux volumes de Romans, contes et nouvelles complets , édités dans la Bibliothèque de la Pléiade, sous la direction de Pierre Laubriet à qui nous devons la publication de dix volumes, jusqu'à présent, de la correspondance générale de Gautier, aux éditions Droz, vont y contribuer. L'introduction à cette édition est tout à fait remarquable, qui rappelle les liens qui unirent Gautier à la peinture, à la sculpture ou à la musique, et qui s'appuie souvent sur des article ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé