Léonard de Vinci, le bel excentrique

Léonard de Vinci, le bel excentrique

Face à une créativité aussi multiforme que celle du peintre dont on fête le 500e anniversaire de la mort, nous n'avons à la bouche que le mot « génie », qui occulte ses passions fantaisistes et mondaines.

Non content d'être l'auteur du tableau le plus célèbre du monde, Léonard de Vinci (1452-1519) a extrapolé des pans entiers de l'univers contemporain. Issus de ses dissections de cadavres pratiquées en catimini (l'Église y voyait alors d'intolérables profanations), ses croquis anatomiques extrêmement détaillés anticipent de trois à quatre siècles les découvertes de la médecine moderne. En hydraulique, il fut le premier à envisager de relier à la mer, via des canaux, des villes situées à l'intérieur des terres, comme Florence, et d'assécher les marais Pontins au sud-est de Rome qui infectaient la région et ne furent assainis qu'en 1930, sous Mussolini. En urbanisme, son projet de cité idéale imaginé pour François Ier à Romorantin (à 70 km d'Amboise) préfigure les tracés au cordeau de nos villes nouvelles. Et il y a toutes ces fabuleuses esquisses de machines industrielles, de guerre ou volantes, qui constellent ses Carnets. Certains y ont vu des projections, qui, du ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine