Le baromètre des mots

Le baromètre des mots

Arrêtons de dire que le français fout le camp. Au contraire, il s'enrichit, ou plutôt il se gonfle chaque jour de mots nouveaux. Certains prospèrent, d'autres périclitent. Il en est d'indispensables et d'inutiles, de solennels et de ridicules, qui en effet font rire ; on en joue, puis on les oublie.

Dans le tiroir de ces futurs oubliés - du moins je l'espère -, je retiens deux composés franglais et franricains qui ne vivent que de leur affriolante finale : -sexuel. Pas plus tôt absorbé le métrosexuel, voici le lumbersexuel, qui n'est à vrai dire ni sexuel ni bûcheron, lumber étant le terme anglais pour le bois de charpente. Ce mot peut avoir du sens dans la langue de Philip Roth, où l'on connaît de longue date le lumberman et le lumberjack, solide et musculeux bûcheron des forêts américaines, mais il n'en a guère en français. Surtout avec ce sexuel qui ne fait plus référence aux comportements des hétéros ou des homos, mais au narcissisme complaisant des mâles ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article