Le 31 du mois d'août

Le 31 du mois d'août

Quand on se sent coupable d'être la conductrice de la Fiat Uno blanche que la Mercedes de Lady Di a emboutie sous le tunnel de l'Alma, et d'avoir fui, comment APRÈS s'arrange-t-on de l'existence ? Laurence Cossé n'hésite pas une seconde : sa Lou gomme ses amours au demeurant lassantes, se lance dans la fuite et des rencontres qui tournent mal, dans une appropriation d'image comme si Diana déteignait post mortem, avant de décider d'en finir, d'aller se livrer à la police. Je vous laisse la joie de découvrir la fin.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard