L'avis des animaux

L'avis des animaux

le rire est le propre de l'homme, disait Rabelais, inspiré par Aristote. Fadaise ! Il est aussi le propre d'une grande partie de la gent animale, des chiens, des chevaux, des oiseaux, et notamment des rats, l'une des espèces les plus attachantes qui soient. Au début de ce siècle, des chercheurs de l'université Humboldt ont découvert que les rats émettent, quand on les chatouille, ce qu'ils adorent, des vocalises d'une fréquence de 50 kHz. Après quoi, ils ont localisé leur centre cérébral du guili-guili.

Comme les enfants ou les chats, les rats en général et les ratons en particulier adorent se battre en émettant de petits cris ultrasoniques, que nos oreilles ne nous permettent pas d'entendre. Ils courent, ils mordillent, ils chahutent. De ce point de vue, les rats n'ont pas grand-chose à nous apprendre. C'est dans le domaine de l'empathie qu'ils deviennent sidérants, exemplaires. S'il y avait un pape des animaux, il les aurait tous canonisés. Il y a plusieurs années, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon