L'art français de la guerre civile

L'art français de la guerre civile

« Les événements », euphémisme soyeux pour ne pas dire « la guerre ».

« Les événements », euphémisme soyeux pour ne pas dire « la guerre ». On dit : « les événements d'Algérie ». Faire la guerre, c'est bien beau mais où, quand, comment, pourquoi ? Jean Rolin répond en entomologiste à la première question : partout en France métropolitaine, à Paris, à Salbris, à Langeac, à Langogne ou à Port-de-Bouc. Les autres questions, quand, comment, pourquoi, sont laissées au lecteur qui, donc, apprécie : quand ? Aujourd'hui ? Demain ? Ça ne devrait pas tarder, si ce n'est déjà fait. Comment ? Armes à feu, trahisons, fanatismes, mercenaires, soldes et camouflages, sabotages et vieilles ferrailles. Pourquoi ? Et pourquoi pas ?

On se souvient qu'après la Seconde Guerre mondiale Vian écrivit une pièce, satire antimilitariste loufoque, Le Goûter des généraux (créée en allemand, la pièce mit quinze ans avant de trouver une scène et un éditeur parisiens, après la mort de son auteur), où la question n'était pas de faire la guerre, mais co ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Sondage IPSOS