L'art du décousu

L'art du décousu

un recueil des chroniques de bernard frank permet de retrouver l'esprit et la verve qu'il a déployés pendant plus de cinquante ans. Malgré sa mort en 2006, il occupe aujourd'hui une place essentielle en cette rentrée.

C'est notre première rentrée sans Bernard Frank. Il nous manque. Même si, à vrai dire, il était toujours absent en cette saison où le critique, tel le marin face à l'océan déchaîné, doit affronter une déferlante de livres. Frank, trop esthète pour renoncer à son confort, préférait alors s'évader vers des eaux calmes, du côté de Saint-Tropez ou de la côte normande. Il revenait habituellement en octobre, dans un climat décanté, et suivait le baromètre des prix littéraires d'un oeil narquois et expert, s'amusant de leur vieille mécanique. Il lui arriva de distinguer un Goncourt d'un simple post-scriptum : « Bravo Queffélec ! Un souci de moins. » C'était le 20 novembre 1985, dans l'une de ses chroniques du Monde que les éditions Grasset viennent d'avoir l'heureuse initiative de rassembler, un an ou presque après sa mort.

En joueur de casino assidu, Frank ne s'interdisait pas les effets d'annonce, pariant sur quelques livres de la rentrée et assurant souve ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon