L'art de la fugue

L'art de la fugue

Les fabuleuses improvisations sur la musique d'un écrivains insaisissable.

La musique est une chose trop sérieuse pour la confier à des musicologues. C'est la conclusion à laquelle invite le recueil composé par les éditions Zoé, qui ont prélevé dans leur fonds des oeuvres de Robert Walser (1878-1956), celles qui, de près ou de loin , ont un lien avec la musique.

On connaît les écrits inclassables de l'écrivain suisse allemand, admiré entre autres par Musil et Kafka, qui se suicida après un internement en asile de plus de vingt ans en se couchant dans la neige à l'issue d'une marche épuisante. Ces petites proses, qui courent de 1899 à 1933 ont pour la plupart déjà été publiées. Ce qui n'enlève rien à la pertinence du montage, qui tient à la perfection sa ligne mélodique. Une ligne très particulière, puisque, qu'il soit question d'un concert, d'une chanson entendue ou d'une soirée à l'opéra, la musique n'y existe pas pour elle-même, mais comme tremplin pour l'imagination du scripteur. Celui-ci composait à son écoute, avec un sens inné de l'improvisat ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine