L'arroseur arrosé

L'arroseur arrosé

Anne Serre admire Enrique Vila-Matas, le grand prince des mises en abyme. Au cours d'un voyage en train, elle engage une conversation imaginaire avec lui, jusqu'à le faire apparaître à côté d'elle - et à l'entraîner dans un nouveau jeu de reflets.

Il faudra écrire un jour une étude savante sur les romans ferroviaires - je veux dire les romans qui se déroulent pendant un voyage en train. On ne les compte pas, depuis La Modification, de Butor, jusqu'au Paysage fer, de François Bon, en passant par des récits policiers en chambre close, ou plutôt en wagon clos, comme Le Crime de l'Orient-Express. Ajoutons à cette liste le nouveau roman d'Anne Serre, Voyage avec Vila-Matas, qui raconte un voyage en train de Paris à Montauban, où l'auteur est invitée à un festival littéraire. Elle a emporté Impressions de Kassel, un récit d'Enrique Vila-Matas traduit en 2014. « Ses romans me mettent dans un tel état de joie, d'énergie, de confiance, de réconciliation avec le monde et mon prochain que je les avale toujours à grande vitesse tout en regrettant de ne pas pouvoir être plus calme, plus posée, plus studieuse et de ne pas prendre le temps de les annoter, d'en méditer chaque paragraphe, chaque pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard