Larmes du crime

Larmes du crime

Un lieu, un personnage, un meurtre : l'auteur ausculte de nouveau le Brooklyn de son enfance.

Ancienne fêtarde devenue un peu « cul béni » et très impliquée dans les bonnes oeuvres de sa paroisse, Amy Falconetti est témoin d'un meurtre. Contre toute attente, elle subtilise l'arme du crime et va voir sa vie bouleversée par ce geste... Un personnage, un lieu : à lire William Boyle, on se dit qu'il suffit de presque rien pour faire un bon polar. Le personnage, c'est Amy, décrite avec une plume aussi précise qu'attentive, jeune femme en pleine mutation, reprise par les démons de son ancienne vie et un souvenir d'enfance douloureux. L'auteur colle à elle, décrivant ses gestes les plus anodins, la faisant vivre à toutes petites touches, la rendant terriblement attachante. Le lieu, c'est Gravesend, quartier du sud de Brooklyn peuplé d'Italiens et de Russes et déjà cadre des deux précédents romans.

Le Témoin solitaire reprend un des thèmes majeurs de William Boyle : l'influence des lieux sur nos vies. Comme Alessandra, son ex-petite amie, héroïne de Gravesend (premie ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine