L'argent double

L'argent double

Le grand âge bonifie le savoir-faire du maître du roman d'espionnage, qui célèbre aujourd'hui, sur fond de manipulations, les noces perverses de la finance et des relations internationales.

John le Carré a 90 ans, et les lecteurs qui redoutent de le voir signer le fameux livre de trop peuvent souffler : Retour de service est un roman remarquable à tous égards, et bien représentatif de sa veine post-guerre froide. Un roman d'espionnage complexe, élégamment écrit, réaliste et furieusement engagé : si aucun coup de feu n'est échangé, l'auteur profite de plusieurs ouvertures pour tirer à boulets rouges sur la déréliction de l'État britannique tandis qu'il rompt les amarres avec le continent. On y compare, par la voix d'un maître espion, la Grande-Bretagne libérale d'aujourd'hui à l'Union soviétique d'hier : dans les deux cas, « rien ne fonctionne, on rafistole avec des bouts de ficelle ». On y déplore aussi l'annulation d'une opération de surveillance d'un oligarque ukrainien à la suite des manoeuvres d'un petit machiavel des services téléguidé par son épouse, financière influente - ah les noces de l'argent et du secret ! On y effleure surtout un complot britannic ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes