L'architecte démoli

L'architecte démoli

Un roman sur les affres du Danois qui conçut l'Arche de la Défense, confronté à l'hydre du pouvoir.

« Quelque chose qui finirait en beauté le quartier de la Défense », en prolongeant la perspective des Champs-Élysées au-delà de l'Arc de Triomphe vers l'avenir : tel est l'un des grands projets lancés par François Mitterrand deux ans après son élection. Il organise un concours international d'architecture et, le 25 mai 1983, le haut fonctionnaire Robert Lion, en présence des grands commis de l'État, décachette l'enveloppe renfermant le nom du lauréat, choisi parmi quatre cents candidats. C'est un parfait inconnu : Johan Otto von Spreckelsen, un architecte danois qui n'a pour tout palmarès que sa maison et quatre églises. On l'appelle, il est introuvable. Et pour cause : le concepteur du cube géant qu'on n'appelle pas encore la Grande Arche est parti pêcher le hareng dans le Jylland.

Cette scène, qui vaut son pesant de béton extrudé, prélude à une enquête minutieuse. Laurence Cossé reconstitue les palinodies et les couacs qui ont jalonné l'édification de l'arc futuriste voulu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine