L'apocalypse de Jean

L'apocalypse de Jean

L'inclassable Jean Baudrillard (1929-2007), sociologue, philosophe et métaphysicien à la fois, fut, de son vivant, révéré par les uns (rares), contesté, sinon rejeté, par les nombreux autres. Alors que paraît un recueil de ses entretiens, on redécouvre un style inimitable, une pensée d'une grande cohérence, et surtout des analyses étonnamment anticipatrices de notre présent.

La première fois que j'ai rencontré Jean Baudrillard, c'était dans un autre siècle. En 1977. L'année miraculeuse des punks. Celle de No More Heroes de The Stranglers, de Final Solution de Pere Ubu et par-dessus tout, bien sûr, d'Anarchy in the UK des Sex Pistols. Comme étudiant en sciences économiques rêvant de postmarxisme, je m'étais jadis gavé de Pour une critique de l'économie politique du signe (1972), un de ses rares ouvrages qu'on pourrait, à la rigueur, rayer de sa bibliographie, tant il est jargonnant (Marx croisé par Barthes !), « d'époque ». Mais, avec les punks, c'était autre chose. J'avais été enthousiasmé par un passage de L'Échange symbolique et la Mort - son grand et unique livre systématique dont il me dira un jour que toute son oeuvre ultérieure n'en avait jamais été que le « service après-vente » -, qu'il venait de publier. Dans ce chapitre d'une dizaine de pages, Baudrillard analysait avec virtuosité les oeuvres des gr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé