L'Apiculteur de Bonaparte

L'Apiculteur de Bonaparte

On pourrait prendre L'Apiculteur de Bonaparte déjà couronné en Espagne par le prix Juan March Cencillo pour un roman historique. Il n'en est rien. José Luis de Juan hisse la liberté de la fiction au-dessus de l'Histoire. Il en joue, il s'en sert. Comme prétexte et point de départ. Printemps 1814. Napoléon entame sur l'île d'Elbe son premier exil. C'est un empereur déchu, diminué, presque esseulé. Pourtant, loin de se désintéresser des affaires de son nouveau territoire, il en prend immédiatement possession. Il reçoit les autorités, les notables, multiplie les visites d'inspection des fortifications, explore les mines, préside des conseils des Ministres miniatures, ordonne des travaux. « Il se concentra sur les problèmes de l'île avec le même dévouement et la même minutie que lorsqu'il avait soixante millions de sujets. »

Plus mystérieusement, il est un autre intérêt qui a conduit là Bonaparte, celui des abeilles. « Son arrivée sur Elbe l'avait confronté à ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes