L'animalisme montre les dents

L'animalisme montre les dents

l'écoterrorisme n'est encore qu'une éventualité : lorsqu'on referme ce livre, on est convaincu qu'il finira par advenir. On suit en l'occurrence, de sa jeunesse (de nos jours) à sa mort (au milieu du XXIe siècle), un militant animaliste, devenu une icône vengeresse de la cause : il n'hésite pas à trucider chasseurs friqués, braconniers, capitaine de baleinier, public de Marineland... Les exécutions donnent lieu à des chapitres cruels de précision, entrecoupés de récits plus elliptiques, au long cours, sur les phases existentielles, les doutes aussi, de l'antispéciste sans merci. L'auteur, trentenaire, ancien prof et critique de cinéma, précédemment auteur d'une Vie imaginaire de Lautréamont (autre manière de déployer un bestiaire déchaîné), ne cache pas ses convictions en la matière. Il ne s'agit pas pour autant ici de faire le prosélytisme de l'action violente - plutôt de donner à sentir la nausée, le dégoût cosmique au fondement de l'animalisme, ainsi que la soli ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes