Nouveau portail numérique du « Dictionnaire de l'Académie française »

Nouveau portail numérique du « Dictionnaire de l'Académie française »

L'Académie française investit le web : ce jeudi 7 février, elle a mis en ligne sur un site dédié l'intégralité de la 9e édition encore inachevée du Dictionnaire de l'Académie française, avec l'objectif à terme d'y réunir toutes ses versions antérieures pour que celles-ci soient accessibles. 

L’Académie française a présenté ce jeudi 7 février la version numérique inédite de son Dictionnaire. L’objectif de cet ambitieux projet digital sera de permettre la consultation de toutes les éditions du Dictionnaire existantes à ce jour, depuis la première version publiée en 1694. L’occasion d’observer les évolutions de la langue enregistrées à ce jour par l'historique Académie, en découvrant les mots inusités et donc disparus au fur et à mesure des versions, mais surtout l’expansion progressive du vocabulaire, multiplié par trois depuis la fin du XVIIe siècle. Le site actuel, qui bénéficie d’ores et déjà de près de 50 000 mots, présente la 9e édition en cours de rédaction depuis 1986 – dont le dernier tome devrait paraître prochainement – à laquelle s'ajoute la 8e édition datée de 1935 à partir de la lettre S. 

>> À lire aussi : Entretien avec Bernard Pivot : « L'esthétique de la langue importe »

Si riche qu’il puisse être, ce nouveau dictionnaire en ligne répond à un objectif d’ergonomie et d'accessibilité dont le numérique est le premier levier : gratuité, clarté et facilité d’utilisation, grâce à une déclinaison possible sur tous les supports digitaux. L’internaute aura accès à l’étymologie de chaque terme, aux conjugaisons de chaque verbe ou à des rubriques déjà lancées par l’Académie comme « Dire, ne pas dire », qui précise l’usage correct d’une expression ou d’un mot. Notons que, dans la veine d'un conservatisme que des féministes dénonçaient récemment dans nos pages, n'apparaît toujours pas ni sur papier ni sur écran la féminisation des mots. La plateforme s'ouvre en revanche à la francophonie grâce à l’intégration d’une base de données lexicales panfrancophone (BDLP). Cela répond à la volonté de partager avec tous ceux qui apprennent ou parlent la langue (il existe actuellement 250 millions de francophones à travers le monde) un Dictionnaire autrefois réservé à une petite élite. Si les résultats de son élaboration semblent rester figés malgré les débats suscités par l'évolution de la langue, sa portée devrait désormais être renouvelée. 

 

À consulter : le Dictionnaire de l'Académie française 

Photo : L'Académie française © Lionel Bonaventure / AFP 

Sondage IPSOS