L'anarchiste et le poète

L'anarchiste et le poète

L'icône de la Commune, reléguée en Nouvelle-Calédonie, a écrit à l'auteur des Misérables. Publication de la correspondance entre un romantique pragmatique et une utopiste exaltée.

En 1850, Louise Michel a 20 ans. Elle veut être poète. Elle écrit à son dieu, Victor Hugo. Et Dieu lui répond ! Cette correspondance, qui se poursuit une trentaine d'années, révèle les préoccupations intimes, les questionnements, voire les contradictions d'un personnage exceptionnel, plus généralement connu sous l'aspect forcément réducteur d'une icône révolutionnaire. Louise Michel fera le coup de feu sur les barricades de la Commune. Elle connaîtra la prison, l'exil, et ne cessera de se confier à Hugo. À travers ces lettres, se dévoilent le courage et la ténacité d'une femme dont les multiples engagements font écho aux interrogations qui déchirent la société d'aujourd'hui.

Comme institutrice, Louise Michel favorise le partage, développe chez ses élèves le goût du savoir. Proche des plus démunis, elle fustige les tortures infligées aux animaux, embrasse avec passion la cause des femmes et se bat contre la colonisation. Déportée dans un bagne de Nouvelle-Calédonie en 1871, elle apprend la langue des Canaques, qui ont en métropole la réputation bien établie d'être de dangereux anthropophages. Mieux encore, elle devient leur institutrice et leur alliée lorsqu'ils se soulèvent contre les Blancs.

Louise Michel croyait au grand soir. Hugo, qui considérait la Commune comme « une bonne chose mal faite », se montrait plus pragmatique. Si leur correspondance humanise une grande figure de l'anarchie, elle nous replonge en un temps où les poètes participaient à l'histoire. « Levez-vous tous, les grands chasseurs d'étoiles », écrivit Louise Michel. On la qualifiera d'utopiste. Certes. Mais quel éclair dans la nuit !

LETTRES À VICTOR HUGO (1850-1879), Louise Michel, éd. Le Mercure de France, 90 p., 5,80 E.

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine