Lampedusa, guépard sur le tard

Lampedusa, guépard sur le tard

Pressentant l'approche de la mort, l'aristocrate sicilien s'attelle en 1954 à la composition de son seul roman, l'immense Guépard. Après trente mois de travail effréné, l'auteur succombe sans savoir s'il sera publié.

Comme le Mexicain Juan Rulfo, avec Pedro Páramo, Giuseppe Tomasi di Lampedusa est l'auteur d'un seul roman : Il Gattopardo. Voilà pourquoi, sans doute, peut-il affirmer, avec la certitude de ne donner à ses exégètes qu'un nombre très réduit de pistes : « Tout écrivain se décrit soi-même, ainsi que sa propre vie, dans ses écrits. » Mais il suffit parfois de quelques indices biographiques pour que se découvrent des couloirs secrets, que s'éclairent des contradictions, que se dénouent les innombrables nuances qui révèlent une personnalité.

Né à Palerme en 1896, Giuseppe Tomasi di Lampedusa est un aristocrate sicilien que rien ne destinait à la littérature. À s'en tenir à la pure chronologie, voici des faits qui ne présentent guère de saillies majeures : enfance entre un père un peu fruste et une mère possessive qui lui enseigne le français ; études de droit à Rome ; appel sous les drapeaux comme officier d'artillerie ; mariage avec une certaine Alexandra que les mauvaises langue ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine