L'amour vache

L'amour vache

Entre l'homme et l'animal, le dilemme fut longtemps mangerou être mangé. À l'occasion de la réédition du roman de Beat Sterchi, le point sur une relation tumultueuse en plein bouleversement.

On pourrait dire, pour faire bref, que le texte de Beat Sterchi est un traité sur l'existence des vaches et les vacheries de l'existence, dire aussi que La Vache précipite son lecteur dans des torrents de jouissance et d'horreur. Ce roman vrai joue sur deux temporalités. Les chapitres impairs se déroulent dans les alpages suisses d'Innerwald, où un immigré espagnol, Ambrosio, est engagé par un paysan à l'ancienne pour prendre soin d'un petit troupeau de laitières, et surtout les traire de ses doigts de fée. Le temps s'écoule au rythme des saisons, dans la tiédeur de l'étable, dans des parfums de lait, de bouse et de foin, où règne - s'il le faut d'un coup de corne bien ajusté - une first lady du nom de Blösch ; et quand, au printemps, le soleil pointe enfin son nez, les déesses rejoignent les prairies, leurs jolies cloches tintent à leur cou orné de colliers de fleurs. Dans les chapitres pairs, Ambrosio et ses camarades embauchent au petit jour dans les bruits et l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard