L'amour du lointain

L'amour du lointain

Le leitmotiv constant de l'existence de Kafka est celui de se soustraire au pouvoir, quelles qu'en soient les formes. Les Lettres à Felice sont le protocole, maniaque et pénible, de cet entraînement à la réticence.

Dans sa nouvelle Le Terrier Kafka expose, sous le travestissement d'une forme narrative, une sorte de manuel de stratégie, son bréviaire très personnel de technique défensive. Dans cet art ou cette science de la retraite il y a toute la patiente construction autodestructrice poursuivie par Kafka avec une bureaucratique assiduité : la créature suivie par l'ennemi mortel creuse de petits tunnels qui lui offrent une issue ou un refuge devant l'avance de l'adversaire, enchevêtre les sorties souterraines de sécurité aux spirales des galeries tracées par l'autre pour le rattraper au point de ne presque plus distinguer le labyrinthe de la menace de celui des cachettes. La victime tente d'esquiver le coup de l'ennemi ou de le précéder, mais il continue néanmoins à jouer le jeu imposé par le bourreau, se déplace le long des cases mais ne songe pas à renverser l'échiquier : il se représente toutes les tortueuses possibilités de fuite ou de renvoi de la défaite sauf celle de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé