L'amour de l'intranquillité

L'amour de l'intranquillité

Un regard chaleureux, un éternel sourire en coin, gros pull et pantalon en velours : Derrida avait plus l'allure d'un marin au long cours que celle d'un philosophe en chambre. D'ailleurs, quand on avait la chance de pouvoir venir chez lui, dans sa maison de Ris-Orangis, il prenait soin de vous faire visiter son jardin et ne dédaignait pas qu'on le félicite à table sur sa stratégie d'alliance d'épices.

Derrida au grand coeur. C'est ainsi que les souvenirs affluent. Ses très nombreux textes - une vie à en écrire - nous ont fait comprendre - à nous de la génération post-soixante-huitarde - la philosophie autrement : nous faisant lire Heidegger d'une autre manière et Marx de façon radicale, nous introduisant à l'oeuvre de Levinas, tout en nous permettant de mieux déchiffrer Blanchot.

Derrida n'était pas seulement un grand lecteur : il a su introduire dans l'univers conceptuel de la philosophie des notions capitales comme celles de l'accueil, de l'amitié, de l'hospitalité. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine