L'amoral de l'histoire

L'amoral de l'histoire

Contempteur de la déliquescence des années 1980 et 1990, l'auteur de Moins que zéro revient avec un essai sur l'actuelle bien-pensance sous antidépresseurs.

On pensait que rien de ce qui était humain ne pouvait révolter l'Américain Bret Easton Ellis : n'avait-il pas embrassé toute la déliquescence morale des années 1980 pour en concentrer l'essence dans son premier roman, Moins que zéro, peuplé d'adolescents solvables, perdus, et pervers par ennui ? N'avait-il pas persisté en assimilant l'avidité des financiers des années 1990 au désir carnassier d'un tueur en série dans American Psycho ? Doté d'un style faussement neutre et réellement sarcastique capable de tout mettre à distance, Bret Easton Ellis semblait voué à chroniquer les excès de chaque décennie en se gardant de tout jugement ouvert – sa griffe. Quelle mouche l'a donc piqué pour qu'il sorte de sa neutralité esthétique et parte en guerre contre son époque, à travers un essai intitulé White, qui ressemble parfois à la complainte solitaire d'un vieux punk égaré dans un monde de dames patronnesses ?

Certes, on ne peut durablement incarner l'air du ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes