L'Amérique,les mots et les peaux

L'Amérique,les mots et les peaux

Dans son dernier essai, l'écrivaine analyse les ressorts du racisme dans une Amérique obsédée par la couleur de peau et n'exempte pas la littérature.

tous ceux qui ont essayé de vivre savent cela : ce que vous dites à propos des autres révèle ce que vous êtes », déclarait James Baldwin lors d'une interview de 1963. À l'honneur de l'édifiant I Am Not Your Negro, film de Raoul Peck césarisé cette année, l'écrivain américain invitait alors la République blanche à se demander pourquoi elle avait eu besoin d'inventer le « nègre » (lire aussi p. 16-19). À cinquante années de distance, c'est autour de cette même question que tournent les six conférences de Toni Morrison, réunies sous le titre L'Origine des autres. Prononcés à Harvard durant la dernière année de mandat d'Obama, alors que les brutalités policières à l'encontre des Noirs gagnaient le débat national, ces six morceaux de bravoure débusquent et dissèquent, jusque dans leurs manifestations les plus inacceptables, les ressorts politiques, psychologiques et pseudo-scientifiques de la fabrication de l'étranger.

DE L'ONC ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article