L'air d'Auréline

L'air d'Auréline

«Auréline » : un nom qui chante, un nom qui danse, enroulant dans ses syllabes la légende de la Lorelei et l'éclat surnaturel de l' Aurelia de Nerval, le sourire de l'Inconnue de la Seine à l' Aurélien d'Aragon, mais aussi les métamorphoses d'Albertine dans A la recherche du temps perdu . Par la magie de son nom, le personnage d' Auréline se détache sur un fond littéraire qui lui donne d'emblée une dimension poétique. L'illusionniste Milovanoff n'a plus qu'à donner sa propre version du « mentir-vrai », à faire surgir du dessous des mots, de l'au-delà de la phrase, cette femme qui aurait été l'incarnation fatale de la beauté, dit-on...

Pas plus que les sept précédents romans de Jean-PierreMilovanoff, on ne saurait raconter Auréline. Aussi absurde que d'expliquer pourquoi le peintre du Maître des paons éd. Julliard, 1997. Prix Goncourt des lycéens ne peignait que des paons, ou de décrire Ephraï ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine