L'affaire du tombeau

L'affaire du tombeau

Des siècles durant, le corps de Montaigne est resté, comme son esprit, en mouvement. Mais on a fini, il y a peu, par trouver son cercueil.

La mort aura été de peu de poids pour fixer une fois pour toutes Montaigne, parangon de l'écrivain en mouvement, dans une pérenne et ultime demeure. Mais les incessantes tribulations de sa dépouille sont peut-être sur le point, non de s'achever, mais de prendre un nouveau tournant. À la fin de 2018, le conservateur Laurent Védrine fait percer deux trous dans un caveau emmuré dans un sous-sol du musée d'Aquitaine. Une caméra passée à travers les deux orifices a permis de découvrir qu'il contenait des ossements et un cercueil en bois incrusté d'une plaque gravée de cette simple mention : « Michel de Montaigne ».

Résumé des épisodes précédents : en 1592, Michel de Montaigne, 59 ans, meurt entouré des siens, dans son château du Périgord. Son épouse, Françoise de La Chassaigne, fait, selon les voeux du défunt, transporter sa dépouille à Bordeaux au couvent des Feuillants, sur l'actuel emplacement du musée d'Aquitaine. Seul le coeur de l'écrivain est conservé dans l'église jouxtant ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé