La vulgarisation s'anoblit

La vulgarisation s'anoblit

Certains ouvrages scientifiques grand public tablent à présent plus sur la compétence réelle que rhétorique des auteurs, transformant ainsi le lecteur passif en chercheur passionné.

Les amoureux des livres n'abordent certaines disciplines qu'en se tenant à bonne distance. Peur immotivée ou incompatibilité profonde de sensibilité ? Le plus souvent, les « sciences » qui impressionnent sont celles qui intègrent des langages symboliques (mathématiques, physique, logique, chimie...) ; parfois celles qui emploient des lexiques éloignés du langage courant (droit, métaphysique, psychologie...) ; parfois enfin celles qui semblent requérir trop de connaissances préalables (paléontologie, médecine, anthropologie...). Dans tous les cas, un cercle se met en place où la peur et l'ignorance s'entretiennent l'une l'autre, alimentant l'idée que la « spécialisation » est irrémédiable, et aggravant le hiatus entre gens de lettres et gens de sciences. Les ouvrages de « vulgarisation » étaient jadis la réponse. Ils vivent aujourd'hui une mutation profonde.

Un diagnostic d'ensemble s'impose : « l'homo intellectus », comme l'appelle Jean-Marie Durand (ancien rédacteur en chef ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : La tempête qui vient, James Ellroy, éd. Rivages/Noir

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF