La vulgarisation s'anoblit

La vulgarisation s'anoblit

Certains ouvrages scientifiques grand public tablent à présent plus sur la compétence réelle que rhétorique des auteurs, transformant ainsi le lecteur passif en chercheur passionné.

Les amoureux des livres n'abordent certaines disciplines qu'en se tenant à bonne distance. Peur immotivée ou incompatibilité profonde de sensibilité ? Le plus souvent, les « sciences » qui impressionnent sont celles qui intègrent des langages symboliques (mathématiques, physique, logique, chimie...) ; parfois celles qui emploient des lexiques éloignés du langage courant (droit, métaphysique, psychologie...) ; parfois enfin celles qui semblent requérir trop de connaissances préalables (paléontologie, médecine, anthropologie...). Dans tous les cas, un cercle se met en place où la peur et l'ignorance s'entretiennent l'une l'autre, alimentant l'idée que la « spécialisation » est irrémédiable, et aggravant le hiatus entre gens de lettres et gens de sciences. Les ouvrages de « vulgarisation » étaient jadis la réponse. Ils vivent aujourd'hui une mutation profonde.

Un diagnostic d'ensemble s'impose : « l'homo intellectus », comme l'appelle Jean-Marie Durand (ancien rédacteur en chef ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes