la voix que nous avons perdue

la voix que nous avons perdue

Le monde vu à travers le destin d'un texte. Ce mois-ci, un poème de Mahmoud Darwich, écrit en 2002, que se récitent sous les bombes les habitants de la Ghouta.

c'est un chant d'espoir échappé de l'enfer. La voix d'une assiégée refusant de se taire. Je tends l'oreille, distraite par l'écho des obus. Bayan Rehan hausse le ton, elle accélère son débit de paroles - la connexion WhatsApp peut s'interrompre à tout moment. L'enseignante syrienne m'appelle de Douma, dans la Ghouta orientale. Depuis ce fief rebelle anti-Assad, elle raconte l'innommable. Les cinq années de blocus. Les maisons bombardées. Les vergers dévastés. Les ventres qui se vident. La mort qui tue les rêves, et le silence de l'Occident. Mais elle est fière, Bayan. Malgré l'étau qui se resserre sur les 400 000 habitants, elle crie sa soif de vivre. À 31 ans, elle est de ces êtres qui résistent au fond des caves : un monde parallèle où des milliers de familles s'entassent pour échapper au crachat maléfique des avions russes et syriens. Là-bas, loin des radars de Damas, on fredonne des berceuses aux enfants agités, on sèche les larmes en inventant des contes de fées. Et on ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon