La vie rêvée des autres

La vie rêvée des autres

Un an après son anthologie des Vies imaginaires, Alexandre Gefen publie un essai sur les fictions biographiques, ces récits qui fantasment la vie des autres, illustres ou inconnus. Trajectoire d'un genre de contrebande, du XIXe siècle à nos jours, de Balzac à Michon ou Echenoz.

Rien d'étonnant à ce que les écrivains rêvent de s'évader dans les vies d'autrui, à l'heure où les réseaux sociaux et les magazines prônent la constante réinvention de soi et la gestion de l'intime comme s'il s'agissait d'une petite industrie individuelle. Si l'engouement pour les formes « biographoïdes » n'est bien sûr pas inédit, les manières d'écrire la vie se sont renouvelées, et l'époque contemporaine porte à son comble ces projections narratives, que l'on songe à D'autres vies que la mienne d'Emmanuel Carrère ou aux Vies minuscules de Pierre Michon. Le premier évoque la vie d'une jeune belle-soeur emportée par la maladie, en même temps que celle de rescapés d'un tsunami ; le second se remémore les destinées âpres de ses aïeux et des figures de sa région d'enfance. Ils ont en commun d'exhumer et d'exalter des vies d'anonymes, qu'ils constituent en famille d'invention.

Tour à tour tombeau littéraire, exercice d'admiration, rêverie sur les possibles, médi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine