La vie en jaune

La vie en jaune

Éditorialistes, journalistes, politiques, économistes, historiens tournent autour des gilets jaunes sans parvenir à formuler une analyse définitive. Il leur manque peut-être le point de vue de la littérature...

Témoignage d'un écrivain précaire

depuis deux semaines que, rentré en France, je lis des témoignages de gilets jaunes racontant ce qu'ils vivent et pourquoi ils sont sur les ronds-points aujourd'hui, je me dis que, puisque Le Nouveau Magazine littéraire me demande mon avis, on peut commencer par ça, mon cas particulier.

Je m'appelle François et j'ai 40 ans. Je grandis en province, d'abord à Dijon puis à Lyon. Mes parents sont profs, le salaire tombe chaque mois, à vie. L'argent chez moi n'est ni un sujet ni un problème.

Plus tard je comprends qu'ils sont fonctionnaires, ce statut « tellement privilégié que tu ne le quittes pas », comme explique Gérard dans Une vie de Gérard en Occident. Pour mes parents, l'été doit être consacré à lire, jouer, faire du sport. Surtout pas travailler. Certains de mes amis ont des petits boulots, moi pas, car je dois réfléchir, m'ennuyer et reprendre des forces pour l'année à venir.

Mes parents se ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article