La vie de château

La vie de château

Un « Famille je vous hais », ou le récit d'une alchimie intérieure.

Scène de famille autour de la table : une fillette de 5 ans s'empare d'un couteau et s'attaque à la main de sa mère. Derrière la façade cossue de la maison du boulevard Heurteloup à Tours se trouve un château de cartes où s'agitent trois générations « pleines d'épines et de soucis ». L'enfant tente de résister à l'artillerie lourde des mots et des coups de la mère, volontaire et ambiguë, qui construit à voix haute son roman familial. C'est l'étouffement au sein d'une dynastie bâtisseuse déclassée qui doit sauver les apparences. Tout y est effrayant : les adultes et leurs névroses, l'hypocrisie, les cris des marchands ambulants. Vies d'enfants sous le signe du dressage, assaillies par la peur du châtiment. Comment alors « aimer son prochain » ? L'aïeule, séductrice non repentie qui n'est pas indifférente à la beauté de son gendre silencieux, met un jour un mot sur la mère : « dure ». Tout s'éclaire alors pour l'enfant. Cette génitrice hystérique, elle va pouvoir s'y soustraire, compr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine