La vie au grand air

La vie au grand air

Les romans sont-ils aujourd'hui soumis à un quota de personnages écoresponsables ? Si ce n'est pas encore le cas, Julia Deck a pris les devants avec un entrain féroce. La Propriété privée qui fait titre à son dernier ouvrage est située en banlieue parisienne, au coeur d'un ancien entrepôt transformé en allée résidentielle pour ménages aisés, heureusement à l'écart mais quand même pas trop loin de la gare du RER, bondée de gens « remarquablement inventifs dans le registre des incivilités ».

Panneaux solaires, autonomie énergétique, matériaux durables, le nouvel ensemble est un Éden pour battants cools primoaccédants à la propriété, très à cheval sur leur empreinte carbone. Si l'héroïne cultivait des soucis sur le balcon de son logis parisien, ceux-ci croissent et embellissent au-delà de toute espérance dans le petit jardin qui prolonge le living. Elle cultive aussi des soucis d'un autre ordre. Lorsque l'on quitte l'anonymat des grandes villes, c'est souvent pour cons ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard