La verve retrouvée

La verve retrouvée

Entretien avec les éditeurs d'un recueil de romans de l'Antiquité - d'autant plus libres que le genre n'était pas encore codifié. Cette traduction vise à les faire rayonner au-delà des cercles d'initiés.

Avant toute chose, quelle est votre position, en tant qu'antiquisants, sur la réforme du latin-grec au collège ?

ROMAIN BRETHES. On ne peut pas dire que la situation était très reluisante avant la réforme, et le statu quo était intenable pour ces disciplines au collège. Mais la réforme telle qu'elle a été pensée risque bien d'avoir un effet inverse de l'effet recherché, en réservant la pratique du latin et du grec à une minorité concentrée dans des établissements de centre-ville ou dans l'enseignement privé. Au contraire, il aurait fallu généraliser l'enseignement du latin ou du grec au plus grand nombre, dès la cinquième, et le coupler à une initiation à des langues comme l'arabe ou l'hébreu.

Et, pourquoi pas, faire travailler les élèves sur les romans grecs et latins...

R. B. Les romans grecs et latins, en particulier, représentent toute la diversité culturelle, anthropologique et g ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine