La traque parfaite

La traque parfaite

Un auteur aussi bon conteur que styliste se mesure à une figure classique du polar : la course-poursuite.

Cela commence dans les relents de téquila et le fracas d'une fusillade : pour avoir fini la nuit avec le mauvais type, Alice, 21 ans, mi-serveuse, mi-clocharde, se retrouve avec cinq corps sur les bras, 100 000 dollars dans les poches et la gueule de bois. Comme nous sommes dans un polar américain, elle s'enfuit avec le magot tout en sachant qu'elle ne devrait pas.

La presse américaine voit en Samuel W. Gailey, depuis son premier roman, Deep Winter, un Michael Connelly avec un supplément de style. C'est dur pour celui-ci, mais ça se comprend : la prose de Gailey frôle la poésie noire des grands thrillers - tel Personne bouge de Dennis Johnson. Et à l'inspiration ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !