La tragique acuité de Sénèque

La tragique acuité de Sénèque

Élisabeth Chailloux propose Phèdre de Sénèque dans une mise en scène fellinienne du 4 novembre au 1er décembre au Théâtre des Quartiers-d'Ivry.

Un peu de mythologie. Vous épousez une femme guerrière que vous tuez dès qu'elle vous a donné un fils. Une autre femme vous sauve la vie, mais vous l'abandonnez sur une île pour épouser sa soeur. Vous vous appelez Thésée, vous êtes un héros complexe qui produit sa propre infortune : votre femme n'a plus d'yeux que pour votre fils, son beau-fils, ce qui symboliquement vous tue. Vous descendez donc aux enfers et ne revenez de la mort que pour assister à celle, définitive, de ces deux êtres proches.

Un peu de politique. Vous êtes maintenant l'amant de la nièce de l'empereur et devenez l'homme de confiance de sa soeur qui, devenue impératrice, fait tuer son mari. Vous conseillez au fils de l'impératrice et du défunt d'assassiner sa mère à son tour. Vous devenez le ministre du nouveau prince. Vous vous appelez Sénèque. Mais, vous aussi, vous produisez votre propre infortune : vous conspirez contre votre prince, vous échouez, vous vous suicidez.

Les Anciens s'y connaissaient ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon