Louise Brookes : la tête au carré

Louise Brookes : la tête au carré

Icône indémodable, la star a déserté Hollywood pour tournerà Berlin avec Pabst l'immortelle Loulou.

Peu de coupes de cheveux sont entrées dans notre imaginaire. Dans Loulou (La Boîte de Pandore), sortie en 1929, on ne voit que lui, ce carré corbeau - très graphique - de Louise Brooks. Peut-être par contraste avec la blancheur de sa robe, peut-être parce que, muet, le film nous prive de sa voix, c'est cette image qui symbolisa la femme des Roaring Twenties américaines. William Shawn, dans la préface de ses Mémoires, souligne : « Elle n'est pas seulement une actrice qui écrit, mais un écrivain qui joue », et surtout une grande lectrice. Elle écrit : « La culture n'était pas indispensable pour devenir une New-Yorkaise distinguée. En fait, c'était un handicap. » Elle préfère alors, « belle muette », se taire que de parler avec ces hommes riches qui lui offrent des toilettes mais ne sont pas de taille à échanger avec elle. Elle se qualifie d'« odieuse d'Hollywood », qu'elle quitte en 1940 pour échapper à « l'hollywoodite ». Cette force lui vient de l'enfance : « N'aya ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes