La Société du spectacle a 50 ans

La Société du spectacle a 50 ans

« Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans une représentation. » La célèbre formule de Guy Debord dans La Société du spectacle ressemble à un astucieux commentaire sur les réseaux sociaux. Le livre a pourtant été publié voici cinquante ans. À sa sortie, il a été superbement ignoré par les revues de gauche comme Esprit ou Les Temps modernes. Seul George Steiner le chronique pour The Sunday Times, tandis que Claude Lefort le commente sévèrement. Les étudiants les plus lettrés de l'époque le découvrent dans la foulée du Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations de Raoul Vaneigem, lui aussi paru en 1967.

Aujourd'hui, son oeuvre inspire toujours... Dans Guy Debord ou l'Ivresse mélancolique, paru tout récemment, l'historienne Anna Trespeuch-Berthelot analyse même l'« art de boire » de l'écrivain et le rôle de l'alcool comme ferment révolutionnaire de son oeuvre.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon