La Scandinavie au plus juste

La Scandinavie au plus juste

L'Europe du Nord et les États-Unis représentent les bastions de deux styles opposés : laconique d'un côté, convulsif de l'autre.

D'abord, il faut s'entendre. On peut proposer deux définitions au roman policier scandinave : une large, assez vague dans la mesure où elle engloberait toute la Scandinavie et remonterait à un siècle (Maria Lang, « l'Agatha Christie suédoise », est née en 1914), et une plus restreinte, qui semble plus pertinente car elle s'applique à un courant littéraire particulier, et non à la simple synthèse locale de tendances venues d'ailleurs (du monde anglo-saxon par exemple). Cette école du « roman policier suédois » s'est développée à partir des dix ouvrages écrits par le couple de Maj Sjöwall et Per Wahlöö entre 1965 et 1975, et a débordé les frontières de la Suède pour s'enraciner également dans les pays nordiques voisins, culturellement proches. Depuis, elle connaît un grand succès international.

Avec ce succès, la production a explosé et a perdu en homogénéité ; mais si Henning Mankell, Leif G. W. Persson, Stieg Larsson ou Arnaldur Indridason, pour n'en citer que quelques-uns, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon