La séparation

La séparation

Un journal intime qui ressasse la douleur d'une rupture, l'obsession de l'être perdu, la langueur d'une trentenaire en mal d'amour. Le risque était grand que cela tombe à plat, mais le style vif et insolite de Sophia de Séguin égaye cette rengaine d'images déjantées et de fantasmes loufoques. Tentant de s'extirper de la « crème anglaise » qui lui englue le coeur et du « diable de la mollesse qui [la] tire par les chevilles », la narratrice se livre à un humour à la Blanche Gardin, tantôt sordide, tantôt franchement cru, toujours plein de cynisme et d'autodérision. Les premières pages ressemblent à un numéro de cirque enchanteur - les cabrioles se déclinent en récits de rêve, références littéraires et mythologiques, confessions sans tabous -, mais le clown à la fois drôle et triste s'essouffle avant la fin, comme un one woman show brillant, mais un peu vacillant.

 

À lire : La séparation, Sophia de Séguin, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes