La rupture silencieuse

La rupture silencieuse

Heidegger rencontra Husserl en 1916 et devint son assistant en 1919. Mais leur entente se dégrada au fur et à mesure que leurs réflexions sur la nécessaire refondation de la philosophie prenaient des chemins différents.

Comme il en fait le récit dans Mon chemin de pensée et la phénoménologie , Martin Heidegger découvre la phénoménologie de Husserl lors de ses études de théologie à l'université de Fribourg, en 1910. Il lit alors les Recherches logiques , qui exercent sur lui une véritable fascination. Durant les années suivantes, Heidegger fait de ce texte une lecture incessante. Au bout de quatre semestres, il abandonne la théologie pour les études de philosophie.

Heidegger n'est pas à proprement parler l'élève de Husserl, qui enseigne alors à Göttingen : il suit les cours du néokantien Heinrich Rickert ; mais l'influence de Husserl se diffuse par l'intermédiaire d'Emil Lask, l'élève de Rickert dont Heidegger dira qu'il est le seul, en dehors de la recherche phénoménologique, à avoir accueilli positivement les Recherches logiques si bien que l'enseignement de Rickert conduit Heidegger à relire l'ouvrage de Husserl. En 1916, Husserl repre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon