La Revue blanche à la loupe

La Revue blanche à la loupe

Outre Alfred Jarry et Octave Mirbeau, La Revue blanche accueillit des écrivains talentueux, aujourd'hui oubliés.

« Centre de ralliement de toutes les divergences » selon la formule d'André Gide, La Revue blanche fait régulièrement l'objet, ces dernières décennies, d'études et de travaux. Témoin, la toute récente bibliographie des cent quarante livres qu'elle a publiés, de 1892 à 1902, établie par Patrick Fréchet aux éditions du Lérot voir Le Magazine littéraire n° 461. Aujourd'hui paraît, sous la signature de Paul-Henri Bourrelier, l'ouvrage le plus riche, le plus vaste, le plus détaillé et sans doute le plus exhaustif sur la revue, ses activités et son histoire. Ce sont douze cents pages en petits caractères où tout est minutieusement décrit et commenté : la vie des trois frères Natanson, les fondateurs, le rôle joué par des collaborateurs fameux comme Alfred Jarry ou Octave Mirbeau, l'affaire Dreyfus, les Nabis, les écrits de Claude Debussy, les opéras de Richard Wagner, les sciences occultes si prisées dans la vie culturelle française de la fin du xixe sièc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon