La rengaine du « plus-que-polar »

La rengaine du « plus-que-polar »

Polar ». Publié chez Gallimard, à la « Série Noire », c'est ce que j'écris. Paraît-il. Pourtant, je n'aime pas ce vocable, surgi des seventies, peu agréable en bouche, réminiscence du mot d'argot désignant ce crachat bien gras qui servait à manifester son mépris dans les cours d'école. Et de mépris, ici, il va en être question. De cours d'école aussi, pour les grands.

« Bien plus qu'un polar »... Combien de fois ai-je lu ou entendu, au détour d'une critique, cette sentence éclairée, plus révélatrice des complexes de l'auteur du jugement que de la valeur du roman ausculté ? Invariablement, je me pose alors une série de questions : Lorsque l'on écrit un polar, peut-on produire moins qu'un polar ? Et qu'est-ce qu'un « plus-que-polar » ? Que signifie ce « plus » ? Plus grand, plus « écrit », plus original, plus noir, plus tendu, plus profond que la moyenne des polars ? Des romans ? Ou juste suffisamment pertinent, brillant, donc acceptable en société ? Dont la lecture n' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes