La Recherche, ouvroir de littérature potentielle

La Recherche, ouvroir de littérature potentielle

Pistes narratives délaissées, effets d'annonce démentis, ellipses mystérieuses... L'oeuvre de Proust, parce qu'elle contient de multiples récits virtuels, joue avec le lecteur.

« Et c'est là, en effet, un des grands et merveilleux caractères des beaux livres [...] que pour l'auteur ils pourraient s'appeler "Conclusions" et pour le lecteur "Incitations". Nous sentons très bien que notre sagesse commence là où celle de l'auteur finit, et nous voudrions qu'il nous donnât des réponses, quand tout ce qu'il peut faire est de nous donner des désirs (1). » Dans l'article « Sur la lecture » qui servit de préface à sa traduction de Sésame et les Lys de Ruskin, Proust revendique la nécessité d'une lecture conçue non pas comme la recherche d'un secret qui serait tenu enfermé entre les pages d'un livre et dont la lecture livrerait l'essence toute prête, mais comme un acte de création dont chacun puiserait en lui-même la matière sous l'aiguillon des idées et des sensations tirées de sa lecture. Cette expérience d'une lecture ouvrant à la vie spirituelle et à l'imagination, La Recherche la donne à vivre à son lecteur, non seulement parce qu'elle l'incit ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé