La rage d'expression

La rage d'expression

Publié pour la première fois en intégralité dans une édition bilingue, le recueil de Pasolini est un herbier de saines colères.

Quand paraît La Religion de mon temps en 1961, Pier Paolo Pasolini (1922-1975) était déjà réputé comme poète (La Meilleure Jeunesse, 1954) et romancier (Les Ragazzi, 1955). Loin de défendre la religion catholique - excepté le pape Jean XXIII -, l'écrivain, qui adhéra au Parti communiste après guerre, rend hommage à ses proches quand il ne fait pas vibrer sa fibre pamphlétaire où il prend toujours la défense des déshérités. À 39 ans, le chroniqueur littéraire et dialoguiste-scénariste (notamment pour Federico Fellini) tournait alors son premier film, Accattone. Sa réputation était sulfureuse parce que ses romans mettaient en lumière des jeunes garçons du sous-prolétariat qui vivaient en marge de la société industrielle, sur fond de prostitution homosexuelle. Dans l'Italie d'alors, qui interdit toujours le divorce, ses nombreux détracteurs, jaloux de sa liberté et de ses talents multiples, sont des moralistes qui passent leur temps à l'envoyer devan ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes