La révolte russe

La révolte russe

Rebelles cosaques, disciples de la vieille foi et des sectes apocalyptiques, anarchistes, terroristes... les grands révoltés ont profondément marqué l'histoire de la Russie. La littérature n'a pas manqué de s'inspirer de ces grandes figures.

Commençons par une chanson anonyme du xviiie siècle :

Panine était à juger le bandit Pougatch :

« Dis-moi, dis-moi, Pougatch, Emelian Ivanytch,

En as-tu bien pendu, de princes et de boyards ? »

« J'en ai pendu, de vos pareils, sept cent sept mille,

Et bénis Dieu de ne m'avoir pas rencontré !

Je t'aurais donné du galon, redressé l'échine

Je t'aurais mis au cou cravate de chanvre fin,

Pour tes mérites, je t'aurais plus haut pendu ! »

C'est une des chansons populaires inspirées par le souvenir de Pougatchev, le terrible révolté cosaque du Yaïk, qui subit le 10 janvier 1775 le supplice de la roue en Place Bolotnaïa à Moscou, sous Catherine la Grande. Le Scélérat avait été conduit, depuis l'Oural à la capitale, en cage de fer. Pendant deux ans il avait semé la terreur, soulevant les Cosaques à qui Catherine enlevait leurs franchises, et les paysans, qui voyaient le servage empirer. Les voleurs étaient alors suppliciés par ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé