La révolte en Mai

La révolte en Mai

Enfin on peut jouir, vivre, casser, détruire, et puis parler. Ce joli mois de mai, les artistes en avaient anticipé dès la fin des années 60 l'avènement et il se propagea à la planète entière. Histoire d'une révolte dont les slogans résonnent encore à nos oreilles.

A la veille de Mai 68, la France est un vieux pays agraire en phase d'industrialisation accélérée, un ancien empire colonial qui vient de perdre dans la douleur l'Algérie et dont l'armée ne s'est pas remise de la défaite de 1940. Deux grandes forces tendent de faire oublier aux Français ces traumatismes en forgeant chacun à sa manière des mythes héroïques de compensation : la grandeur gaulliste de la nation, et les lendemains qui chantent communistes.

Seulement ces idéologies qui exaltent l'effort, le combat et la gloire, si elles ont pu satisfaire la génération humiliée de la guerre, perdent de leur ascendant dans la jeunesse d'après-guerre, en attente d'autre chose que l'exaltation d'un ordre patriarcal sûr de lui et dominateur.

Mai, comme toute grande secousse historique, survient parce que nul ne s'y attend, ou plutôt parce que nul ne s'attend à ce que le mécontentement social accumulé débouche sur un soulèvement, dont les motivations relèvent plus d'un refus de l' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé