La réaction immunitaire

La réaction immunitaire

Au départ, une intuition géniale : communauté et immunité - deux mots que l'on rapproche rarement - désignent deux mouvements exactement complémentaires. D'un côté, la communauté est un ensemble humain soudé par une certaine manière de vivre ; de l'autre, un système immunitaire a pour fonction de défendre le vivant contre les menaces venues de l'extérieur. C'est dire que la communitas vise à rassembler, l'immunitas à séparer. Par conséquent, une société qui n'aurait rien d'autre à offrir qu'un lien communautaire fondé sur la garantie de l'immunité de chacun des membres ne ferait que marcher sur la tête : il s'agirait d'atteindre un but par des moyens exactement contraires. Selon l'Italien Roberto Esposito, c'est très précisément ce que nous observons : l'obsession sanitaire et sécuritaire qui agite nos sociétés vient d'un effort pour préserver la propriété contre la liberté ; autrement dit, il s'agit, ni plus ni moins, d'une maladie auto-immune. Dans nos démocraties, la vie humaine, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon